Transport nucléaire Romans-Flamanville : journal de bord de la vigilance

Lundi 26 avril : Sur les marches du théâtre en réfection de Cherbourg, en fin de matinée,11 femmes de générations différentes ont bravé les rafales d’un fort vent glacial qui souffle sans discontinuer depuis quelques jours sur le Nord Cotentin, répondant à l’appel du 26 avril 2021. L’intégralité du prologue de la supplication de Svetlana Alexievitch témoignant des souffrances vécues suite à l’explosion du réacteur de Tchernobyl. Sur les marches, quelques portraits d’une liquidatrice et de liquidateurs.

Bien sûr EDF n’est pas partenaire de l’action comme pourrait le faire croire les photos de Gilles Panier, mais de la rénovation du théâtre de Cherbourg !!

Un départ d’un seul camion avec petite remorque a été observé par la vigie de Romans à Valence Nord mais sans doute à destination plutôt de Chooz dans les Ardennes.
Samedi 24 avril : mobilisation anti-nucléaire à Alençon (Ouest France) . Elle a rassemblé une bonne quarantaine de personnes qui ont informé la population sur les risques et tares du nucléaires (déclaration, lecture de textes, distribution de tracts). Le Collectif Citoyen Normand a lui aussi mobilisé sur Athis après celle du samedi précédent à Flers.

Vendredi 23 avril : le douzième convoi a quitté l’usine de  Romans jeudi en fin de matinée. Son arrivée etait prévue à Flamanville en fin d’après-midi.Il est arrivé hier soir à 21 h après le couvre-feu . C’est plus facile pour éviter toute opposition. Rappelons que ce convoi n’est ni urgent ni essentiel mais le nucléaire est au-dessus des lois.

Au vu de la publication de Yannick Rousselet sur son compte Facebook , https://www.facebook.com/yannick.rousselet.7 , la gendarmerie a ordre de ne tolérer aucune présence sur le bord de la route  même en règle. Les militants du Can Ouest en avaient fait l’expérience au mois de février et mars lors de la manifestation de leur opposition, de contrôle systématique et abusif d’identité. Société nucléaire, société policière.

Arrivée ce soir à 20h55 du convoi hebdomadaire de livraison de combustible pour l’EPR de Flamanville. Comme d’habitude grosse protection dans les carrefours et sur la route.
Ce soir, les gendarmes ont directement été dans l’abus de pourvoir en tentant d’abord de nous bloquer dans notre voiture, puis en tentant de nous occuper loin de la route et ensuite en attrapant nos téléphones et en tentant de mettre les mains et ordinateur portable devant nos objectifs.
Pourtant, nous étions parfaitement en règle et avions parfaitement le droit de filmer sur la voie publique.
Samedi 17 avril : occupation statique de l’espace public à Flers du Collectif Citoyen Normand pour protester contre la livraison du combustible et l’arnaque du nucléaire par rapport à la question climatique.

Lundi 12 avril : la vigie de Romans signale le départ ce matin de deux camions un peu avant 9h Valence Nord. Nucléaire toujours au-dessus des lois. Ils sont arrivés tard après 22 heures

Mercredi 7 avril : Greenpeace a filmé sur le port de Dielette-Flamanville l’arrivée vers 17h15 du 10 ème convoi apparemment constitué d’un seul camion bâché en bleu au lieu de blanc habituellement avec toujours un gros dispositif policier. Le nucléaire est au-dessus des lois. Alors que la population est contrainte au confinement sur un rayon de 10 km avec couvre-feu à 19h, ce convoi ni urgent ni essentiel circule de région en région pour une mise en service de plus en plus improbable, bien après l’élection présidentielle de 2022 si on écoute l’audition du président de l’ASN, Mr Doroszczuk ce 7 avril devant le Sénat et peut-être nous l’espérons, jamais, pour l’avenir des générations actuelles et futures.

Mardi 6 avril : le passage d’un camion est signalé à 11h au péage de Valence

Jeudi 1 avril : RDV à 13 h à St Lô au rond-point près de la maison du département (sortie 5 sur la N174) pour protester et informer sur la livraison du combustible.

Les anti-nucléaires du Cotentin  présents ce jeudi avec des poissons dont les textes rédigés avec humour étaient parlants sur une aspiration à une fin de l’aberration nucléaire. On pouvait lire : « Nucléaire, la France renonce ». »les 316 Milliards prévus sur 20 ans transférés dans l’hôpital, la justice, l’éducation » .. »Enfin une solution pour les déchets radioactifs, un fût sera offert à chaque foyer pour recharger gratuitement sa voiture éléctrique » …. »accord trouvé entre Orano et Elon Musk pour expédier les déchets sur Mars »… »L’EPR sauvé de justesse : le Qatar le rachète pour en faire un Hamam géant, inauguration le 1er avril 2022″

Mardi 30 mars : La vigie de Romans a repéré le départ d’un camion de l’usine ce matin un peu après 6h suivi d’un véhicule de police. Gros dispositif policier avec hélico à l’arrivée. Greenpeace à Flamanville a vu l’arrivée d’au moins dun camion de ce 9 ème convoi un peu après 21 h, convoi « non essentiel » , nuisible et dangereux qui arrive après le couvre-feu. La nucléocratie affiche plus que jamais ostensiblement son pouvoir absolu au-dessus des lois et son mépris pour la démocratie.

Jeudi 25 mars : Greenpeace signale l’arrivée du 8 ème convoi à 21h30 à Flamanville. Il reste 8 autres convois hebdomadaires de 2 camions. Les militants du Gama et du Can-Ouest toujours là étaient présents comme prévu au rond-point de Carentan pour dire et faire savoir leur opposition à cette opération absurde de livraison du combustible à un réacteur défectueux qui ne sera -espérons-le-jamais mis en service..

Jeudi 18 mars : pas de départ observé pour le moment  ce matin par la vigie de Romans qui a surveillé très tôt ce matin.

Mercredi 17 mars : arrivée des 2 camions observée à 23h par Greenpeace. Gendarmes sur tous les ponts, à tous les carrefours et dans le convoi. Beaucoup de voitures banalisées avec des mecs en uniforme type tenue de combat noire et des gendarmes mobiles. Par contre, c’était la première fois sans hélico.

Mardi 16 mars : Un départ à 7h de Romans de deux camions avec leurs « escort boys » très probablement pour Flamanville .  Pas sûr qu’ils redescendent ensuite sur Romans avec une cargaison de parapluies de Cherbourg qui seraient radioactifs….. Toujours là les militants du Gama et du Can Ouest. Suite à une volonté de changer  d’herbage, rendez-vous est donné au rond point de Carentan le premier RP en venant de Cherbourg à 14h jeudi 25 mars:

Lundi 15 mars La vigie de Romans a signalé deux départs de camions pas tout blancs, pas escortés ,l’un à 6het l’autre à 7h en direction de Lyon . Pas sûr que ce soit pour Flamanville.

Jeudi 11 mars rdv 11h port de Diélette stèle aux irradiés

La vigie de Romans n’a vu aucun départ de l’usine entre 5h et 10h ce jeudi 11 mars  où 10 ans auparavant a débuté la terrible catastrophe nucléaire de Fukushima contaminant le Japon pour des siècles. .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une cinquantaine d’antinucléaires motivés  notamment du GAMA et de la Grange de Montabot étaient au rendez-vous fixé en solidarité au peuple japonais et à tous les irradiés malgré un temps épouvantablement venté et cinglant d’averses comme en témoignent les  photos ce qui a contraint la maréchaussée à les suivre dans leur démarche résistante à la fureur nucléaire jusque devant les portes de la centrale.

 

 

 

 

 

 

 

Une délégation du Cotentin sera à Nantes samedi 13 mars

Mardi 9 mars : pas de départ observé de Romans mais 2 camions blancs sont signalés sur l’A6 avec 2 voitures de police vers 9h. Il semblerait que cela soit plutot des camions transportant du plutonium plus petits et plus carrés.

Lundi 8 mars : la vigie de Romans signale un départ d’un camion à 8 h se dirigeant vers Valence Nord mais est-ce  pour Flamanville ?

Vendredi 5 mars : forte présence policière avec survol hélico. Les 2 camions ont été aperçus vers 14h 50 par des militants de Greenpeace arrivant sur Flamanville

Jeudi 4 mars : la vigie de Romans signale le départ ce matin à 6h15 de 2 camions sans doute pour une arrivée jeudi très tard après le couvre-feu ou vendredi si les camions se sont arrêtés à St Laurent des Eaux ou Saclay. Le couvre-feu arrange bien les nucléocrates pour accomplir leur funeste mission et empêcher une résistance à la fureur nucléaire,alors que le 11 mars prochain ce seront 10 ans de désastre après le début de la catastrophe de Fukushima et  le 26 avril prochain ce seront 35 années après celle de Tchernobyl qui se seront écoulées et dont les seules leçons tirées pour le lobby nucléaire sont de nier les conséquences à tout prix et continuer de plus belle dans l’aberration de cette technologie mortifère. A noter aussi qu’il y a 41 ans , le 13 mars 1980, les agents de la centrale de St Laurent des Eaux avaient évité de justesse à la France une catastrophe nucléaire. Une fusion de coeur de réacteur à St Laurent des Eaux avait débuté suite à un morceau de tôle venu obstruer le circuit de refroidissement. Marcel Boiteux, trente ans cinq  plus tard avait admis des rejets de plutonium dans la Loire.

Mercredi 3 mars : pas d’arrivée de camion observée à Flamanville

Mardi 2 mars : pas de départ observé excepté un camion en direction pour Valence Sud qui ne devrait pas concerner Flamanville. Des militants du GAMA et Can Ouest ont prévu de manifester leur opposition à cet acheminement du combustible comme mardi dernier aux Pieux (sans rester au lit !!). Ils l’ont fait et ont reçu la visite habituelle d’un gendarme. Prochain RDV fixé au jeudi 11 mars à 11h sur le port de Diélette à la stèle aux irradiés, triste jour anniversaire des 10 ans de désastre de Fukushima.

Lundi 1 mars : la vigie de Romans signale un départ d’un camion  de Romans ce matin à 6h.

Mercredi 24 février : le convoi de 2 camions a été aperçu hier soir vers 23h15 aux abords de Flamanville par des militants de Greenpeace ; un important dispositif policier avait été mis en place. Ce sont donc 9 camions chargés chacun de 8 assemblages qui sont arrivés sur les 30 camions prévus pour transporter les 241 assemblages de combustibles prévus pour l’EPR. Il reste encore 23 camions soit 12 semaines de vigie c’est-à-dire jusqu’à fin mai au moins.

Mardi 23 février : un convoi est parti tôt ce matin avec une arrivée probable ce soir à Flamanville ; des militants du GAMA, membre du Can Ouest ont manifesté leur opposition à la livraison du combustible cet après-midi aux Pieux à côté de Flamanville.Ils ont eu droit aux contrôles d’identité. Après le couvre-feu, survol d’un hélicoptère aperçu.

Lundi 22 février : la vigie de Romans a aperçu plusieurs départs dont un à 8h10 qui pourrait être pour Flamanville sans certitude et un autre non bâché.

Mercredi 17 février : tout s’explique : personne n’a réussi à repérer l’arrivée du 8ème camion parce qu’il était destiné à une autre centrale….A suivre

Mardi 16 février : Bravo aux courageux militants du Cotentin qui se sont rassemblés ce mardi midi aux environs de la centrale de Flamanville, derrière la banderole du Can Ouest, ainsi qu’à Virandeville. Ils ont bravé la pluie pour exprimer leur opposition au transport du combustible neuf pour l’EPR de Flamanville. Jusqu’à présent personne n’a réussi à repérer l’arrivée du 5 ème convoi (ce serait le 8 ème camion-il en reste encore 22) à la centrale malgré une vigie attentive à moins qu’il ne soit arrivé en pleine nuit profitant de leur sommeil…..

Lundi 15 février : ouvrez l’oeil de Romans à Flamanville pour le 5ème convoi inutile et nuisible. Un départ du convoi à 6h de l’usine de Romans vient d’être signalé.

Jeudi 11 février : un 4eme convoi nuisible et inutile serait bien arrivé à Flamanville ce jeudi  bien sûr après le couvre-feu !! Avec un dispositif ahurissant de protection :

-gendarmes à tous les carrefours, ponts

-escadrons de gendarmes mobiles tout autour de Flamanville

-et bien sûr escadron en suivi du convoi.

Dans le nucléaire, on ne regarde pas à la dépense  !!

Mais c’est sans doute les prévisions météorologiques qui ont obligé le décalage à une arrivée à jeudi. Pourtant à l’Ouest, des chutes de neige ont eu lieu, les nucléocrates n’ont guère été prudents de lancer sur les routes un tel convoi et démontrent leur amour immodéré de la roulette russe.

Pourtant le roman d’anticipation réaliste « La pierre jaune » que vient de publier ce 4 février 2021, le journaliste Geoffrey Le Guilcher aux éditions « La goutte d’or », devrait les faire réfléchir…..Cela parle de crash d’avions de ligne sur l’usine de La Hague et les conséquences qui en résultent sur la Normandie, la Bretagne et ailleurs, la survie d’une communauté confrontée à ce désastre.

Mercredi 10 février : pas d’arrivée de camions de combustible neuf repérée par la vigie de Flamanville bien qu’une dizaine de fourgons de gardes mobiles entre Valognes et Cherbourg a été observée en fin d’après-midi. Le coup de pouce de la météo a l’air  néanmoins de se confirmer pour ce 4ème convoi .

Mardi 9 février : la vigie sur Romans signale un départ de l’usine à 10h30. S’il est à destination du Cotentin, il arriverait probablement mercredi.  A suivre.

Un camion blanc « convoi exceptionnel » a été signalé près de Virandeville dans la Manche vers 11h mais  ce n’est pas celui du transport de combustible neuf pour l’EPR de Flamanville.

Lundi 8 février : coup de pouce de la météo aux anti-nucléaires : 4 ème convoi nucléaire pas parti

Ce lundi, dès 6 h les anti-nucléaires vigilants se sont relayés pour faire le guet autour de l’usine de Romans. Aucun départ observé de camions pour Flamanville. Il est vrai que froid, neige et verglas sont annoncés sur l’Ouest dès mardi. La météo a eu raison temporairement des noirs desseins des nucléocrates.

mais la vigilance continue

parce que ce réacteur ne doit pas entrer en service, le Collectif anti-nucléaire Ouest réitère son appel lancé le 19 octobre 2020 à se déclarer point de vigilance EPR auprès du Collectif anti-nucléaire Ouest au 07 68 35 03 38 ou ( 06 45 30 74 66 / 06 08 71 79 61 / 06 84 14 58 87) ou par mail transports@can-ouest.org. Il exige l’arrêt de ces transports de livraison du combustible pour l’EPR de Flamanville (une trentaine sont prévus) et l’abandon du chantier.

Dimanche 31 janvier nous vous avions annoncé la reprise des convois et relaté le 2 février l’arrivée du 3 ème convoi après le couvre-feu.

Un transport inutile et nuisible à destination